SOS Migrants – OPÉRATION MAT 25

Des besoins évidents...

L'Union des ACTES a lancé en décembre 2015 l''opération MAT 25

Face à la situation humanitaire catastrophique des populations de migrants stationnées sur le littoral de la mer du Nord, et face à la persécution des chrétiens vivant au milieu d'eux (en particulier à Grande Synthe près de Dunkerque), l’Union des ACTES a lancé en décembre 2015 l’opération nationale MAT 25 ; en référence aux paroles de Jésus de Matthieu 25/35-36 : "Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli; j’étais nu, et vous m’avez vêtu; j’étais malade, et vous m’avez visité; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi." Les migrants acculés sur le littoral des Hauts de France (à Calais, Grande Synthe, mais aussi Steenvoorde, Norrent-Fontes, Tatinghem,...) cumulent en effet toutes les situations décrites par Jésus…

Le démantèlement de la jungle de Calais n'a pas tout réglé, comme on pourrait le supposer lorsque l'on vit loin de ce contexte et que les médias nous renvoient des informations partielles. Même s'ils sont moins nombreux qu'au milieu de l'année 2016, des migrants vivent toujours dans des conditions inacceptables dans différents lieux. L'opération MAT 25 garde donc son actualité, même si les besoins et l'organisation sur place sont différents. 

 L'opération MAT 25 appelle les Eglises de France a se mobiliser pour organiser un secours concret sur place. Il peut s'agir de dons de vêtements, d'un soutien financier, de l'envoi d'une équipe de bénévoles...  L'un des grands besoins est aussi l'hébergement. 

Cette assistance auprès des migrants se fait en collaboration avec plusieurs partenaires, et notamment l'AEP (ADD), la Solidarité Évangélique (ADD), CNEF Solidarité, Convoy of Hope, l'IAFR,...
Une "plateforme régionale d'aide aux migrants", composée de plusieurs Églises et œuvres évangéliques des Hauts de France, a été suscitée par CNEF Solidarité. Robert DESPRÉ, pasteur à Saint-Omer et Président de l'Union des Actes, coordonne cette plateforme régionale avec le concours de l'association BETHLEHEM de Saint-Omer.
Depuis le 1er juin 2016, deux personnes sont salariées au sein de l'association Bethlehem :
- Rhode, aide coordonnateur, dont la mission principale est la relation avec les Églises et œuvres évangéliques de la région et de France (et au-delà) qui œuvrent au sein des camps de migrants.
- Denis, gestionnaire des stocks de matériel et de nourriture, qui coordonne l'aide au sein des camps en collaboration avec les Églises.
Pour permettre le bon fonctionnement de cette plateforme et coordonner au mieux les actions sur le terrain entre les différents partenaires, une charte de fonctionnement a été créée. Cette charte définie notamment l’éthique de travail de la plateforme régionale.

   Ci-dessus, le camion frigorifique de l'association Bethlehem sur l'ancienne jungle de Calais durant son démantèlement.

 

 

Des Eglises qui se mobilisent !

De nombreux chrétiens sont venus, parfois de loin, au secours de toutes ces personnes qui ont fui la guerre, la dictature, la persécution.

   

Des conditions de vie inacceptables,

devant lesquelles l'indifférence est impossible ...

 

Les personnes présentes sur les camps viennent très majoritairement des régions du Proche-Orient et avoisinantes (Iran, Irak, Kurdistan, Syrie, Égypte, Afghanistan, Pakistan, Soudan, Érythrée, Éthiopie), après un long et très éprouvant voyage.

Il n'existe pas de "profil-type de migrant" : nous avons rencontré un professeur d'anglais, des étudiants, un chauffeur de taxi, un ingénieur, une esthéticienne... Au travers de leurs diverses nationalités, mixités sociales et culturelles, ces personnes n'ont bien souvent en commun que la fuite de la guerre et l'espoir de retrouver une partie de leur famille résidant déjà en Grande-Bretagne : un frère, un oncle... Mais beaucoup réalisent aujourd'hui que le passage en Angleterre devient de moins en moins envisageable, et optent en conséquence pour la demande d'asile en France.
Beaucoup de ces personnes sont de confession musulmane par tradition : c'est la religion nationale dans le pays qu'ils ont fui. On trouve également des chrétiens de l’Église orthodoxe d’Éthiopie. Tous les pays représentés sur les camps font partie de l'index des persécutions contre les chrétiens établi par Portes Ouvertes . Les chrétiens sont donc non seulement pour eux des gens peu connus mais encore l'objet de propagandes nationales négatives.
Ils nous accueillent cependant avec chaleur et bienveillance, souvent au bénéfice d'un thé, voire d'un repas offert sous la tente ou la cabane de fortune! 
Parmi tous les migrants, il y a aussi des chrétiens évangéliques qui, la plupart du temps, ont fui la persécution dans leur pays et parfois la retrouvent sur les camps.

 

 

Pour toute demande d'information sur l'opération MAT 25 et sur l'organisation de la plateforme régionale, vous pouvez contacter :

 

Union des ACTES / Association Bethlehem

29 bis quai du Haut Pont  62500 Saint-Omer
tél. : 03.21.39.60.30
rdesp@orange.fr